N° 2-2016

SpaceDataHighway : premier relais laser en orbite

30 janvier 2016

  • English
  • German

Le premier terminal laser du système européen de relais de données est maintenant en route, à bord de son satellite hôte, vers son orbite opérationnelle.

EDRS‑A a été lancé le 29 janvier à 22 h 20 TU (23 h 20 heure de Paris, le 30 janvier à 4 h 20 heure locale) par une fusée Proton depuis Baïkonour, au Kazakhstan, en tant que charge utile auxiliaire du satellite de télécommunication Eutelsat-9B.

Le satellite s’est séparé du lanceur aujourd’hui à 7 h 32 TU, à environ 36 000 km au-dessus de l’équateur, et se dirige à présent vers sa position géostationnaire définitive, située à 9° E au-dessus de l’Europe, où il sera exploité par Eutelsat.

Programme de télécommunications le plus ambitieux entrepris par l’Agence spatiale européenne à ce jour, EDRS repose sur un partenariat public-privé entre l’ESA et Airbus Defence and Space. Ce dernier assure l’exploitation du service, tandis que le Agence spatiale allemande (DLR) a financé le développement des terminaux laser.

Baptisé SpaceDataHighway (littéralement, « l’autoroute des données spatiales »), EDRS s’apprête à révolutionner les télécommunications par satellite : il sera le premier réseau européen de communication optique capable de relayer des données d’utilisateurs en temps quasi réel, avec un débit sans précédent de 1,8 Gbit/s.

Habituellement, les satellites en orbite basse doivent être visibles depuis une station sol pour pouvoir envoyer leurs informations vers la terre.

Grâce à sa position géostationnaire plus élevée, EDRS recevra ces données par communication laser et les relaiera immédiatement vers le sol, ce qui améliorera considérablement l’accès à des informations requises dans les délais les plus brefs, destinées par exemple à des services de sauvetage.

 L’ESA, Airbus et le DLR commenceront dans quelques jours à tester l’état général et les performances d’EDRS-A, en collaboration avec les stations sol EDRS installées en Allemagne, en Belgique et au Royaume-Uni.

Des liaisons d’essai seront ensuite établies pour quelques semaines avec les premiers clients, les satellites Sentinelles du programme Copernicus de la Commission européenne, en vue du démarrage de l’exploitation, prévu pour l’été 2016. La Station spatiale internationale bénéficiera du service de relais de données à partir de 2018.

 

Les autres nœuds du système EDRS

Le deuxième nœud, satellite dédié baptisé EDRS-C, sera lancé l’année prochaine et rejoindra EDRS‑A au-dessus de l’Europe. Un troisième nœud devrait compléter le système en 2020, doublant la couverture grâce à sa situation au-dessus de la région Asie-Pacifique.

Pour en savoir plus sur EDRS, consultez la page www.esa.int/EDRS.

À propos de l’Agence spatiale européenne

L’Agence spatiale européenne (ESA) constitue la porte d’accès de l’Europe à l’espace.

L’ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à œuvrer au développement des capacités spatiales de l’Europe en veillant à ce que les investissements dans le secteur spatial bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L’ESA compte vingt-deux États membres : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays‑Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Vingt d’entre eux font également partie de l’Union européenne (UE).

L’ESA a mis en place une coopération officielle avec sept autres États membres de l’UE. Par ailleurs, le Canada participe à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l’ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel. Elle coopère en particulier avec l’UE à la mise en œuvre des programmes Galileo et Copernicus.

Grâce aux lanceurs, aux satellites et aux moyens sol développés par l’ESA, l’Europe joue un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

Aujourd’hui, l’ESA développe et place en orbite des satellites d’observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d’astronomie, expédie des sondes jusqu’aux confins du Système solaire et participe à l’exploration humaine de l’espace.

Pour en savoir plus sur l’ESA : www.esa.int

 

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter :

ESA – Bureau Relations avec les médias
Tél. : +33 1 53 69 72 99
Courriel : media@esa.int

Rate this

  • Currently 0 out of 5 Stars.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Rating: 0/5 (0 votes cast)

Thank you for rating!

You have already rated this page, you can only rate it once!

Your rating has been changed, thanks for rating!

Views

147