Descente sur Titan

13 septembre 2017

Avant l’arrivée de la mission internationale Cassini-Huygens aux abords de Saturne en 2004, la géante gazeuse, son complexe réseau d’anneaux et ses lunes énigmatiques étaient largement entourés de mystère.

Le 14 janvier 2005, la sonde Huygens de l’ESA dévoilait ce qui se cache sous l’épaisse atmosphère de Titan, la plus grande des lunes de Saturne, en effectuant le premier atterrissage sur un monde du Système Solaire externe.

Des caractéristiques ressemblant de manière remarquable à des côtes et des systèmes fluviaux terrestres sont apparues dans la brume pendant les deux heures et demi qu’a durée la descente sous parachute. Mais avec une température de surface avoisinant les -180°C, c’est un autre fluide que l’eau qui est à l’œuvre ; le méthane, un composé organique simple.

La série d’images ci-dessus a été prise par Huygens et montre la vue à environ 2km d’altitude. C’est une projection de Mercator, donc les directions N-S et E-O se coupent à angle droit, mais la surface apparaît déformée.

Huygens a atterri sur une surface gelée couverte de galets arrondis, et a continué de transmettre avec le vaisseau-mère pendant 72 minutes avant que Cassini ne passe sous l’horizon. Le flux de données envoyé depuis la surface a fourni un véritable trésor de mesures in situ que les scientifiques étudient encore aujourd’hui.

Pendant son odyssée de 13 années au sein du système de Saturne, Cassini a effectué 127 survols rapprochés de Titan qui ont permis de faire une cartographie radar de sa surface - avant même la descente de Huygens. Ils ont également permis de découvrir de nombreux lacs et mers d’hydrocarbures qui sont la preuve qu’un océan d’eau est dissimulé sous la croûte épaisse de Titan, ainsi qu’une atmosphère qui regorge de molécules prébiotiques. L’atmosphère de Titan est probablement similaire à celle de la Terre avant que la vie ne s’y développe ; elle peut ainsi être considérée comme un laboratoire à l’échelle planétaire, permettant de comprendre les réactions chimiques qui ont pu conduire à l’apparition de la vie sur Terre.

Cassini a également observé le passage des saisons sur Titan, notamment le développement d’un vortex tourbillonnant et des nuages de pluie de méthane qui précipitent sur la surface.

Titan a également servi de fronde gravitationnelle pour Cassini tout au long de sa mission, l’envoyant sur une trajectoire d’exploration du système de Saturne. Le 11 septembre 2017 à 21h04 CEST, Cassini a effectué un dernier survol lointain de Titan, surnommé le « baiser d’adieu » par les contrôleurs de mission, à 119 049km de sa surface.

Ce survol, qui a amené Cassini à ralentir légèrement sur son orbite autour de Saturne et abaisser son altitude au-dessus de la planète, a scellé son destin. Cassini sera détruit de la manière la plus sûre possible lors de sa rentrée contrôlée dans l’atmosphère de Saturne, permettant d’éviter tout risque d’impact imprévu sur un satellite glacé primitif, comme la lune océanique Encelade.

La mission Cassini-Huygens est le résultat d’une coopération internationale entre la NASA, l’ESA et l’Agence spatiale italienne ASI.

Donnez votre évaluation

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.5/5 (2 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Vues

87