Euclid, une mission destinée à percer les mystères de l’énergie noire et de la matière noire

19 septembre 2019

Euclid est une mission de moyenne catégorie du programme Vision Cosmique de l’ESA visant à étudier l’expansion de l’Univers au cours des derniers dix milliards d’années ; Euclid sondera les époques cosmiques, depuis celle qui précède l’accélération de l’expansion de l’Univers jusqu’à la nôtre.  

Pour y parvenir, le satellite étudiera des galaxies qui se trouvent à différentes distances de la Terre au moyen d’un télescope de 1,2m de diamètre qui embarque deux instruments : l’imageur observant en lumière visible (VIS) et le spectro-imageur proche infrarouge (NISP). Euclid couvrira une zone du ciel équivalant à plus de 35% de la sphère céleste. 

La mission tirera avantage du faible effet de lentille gravitationnelle, qui mesure la distorsion des galaxies lointaines causée par de la matière qui s’interpose, ainsi que des oscillations acoustiques des baryons, obtenues en mesurant l’agglomération des galaxies, pour obtenir une image en 3D de l’évolution de la distribution de la matière noire et de la matière ordinaire (baryonique) dans le cosmos. Cela permettra aux scientifiques de reconstruire les derniers milliards d’années de l’histoire de l’expansion de l’Univers ; ils pourront estimer l’accélération causée par la mystérieuse énergie noire avec une précision au pour cent près, et les éventuelles variations d’accélération avec une précision de 10%.

Afin d’atteindre ces objectifs scientifiques ambitieux,  Euclid doit répondre aux principales exigences que sont la qualité et la stabilité du système optique intégré, la vitesse et l’exactitude du sondeur cosmique, la précision et la stabilité du pointage ainsi que la capacité à transmettre, avec précision et fiabilité, l'impressionnante quantité de données scientifiques acquises en orbite. La conception proposée par Thales Alenia Space s'appuie sur l'expérience acquise avec  la plate-forme Herschel / Planck, qui a démontrée d'excellentes performances en orbite, intégrée à un système de pointage innovant, agile et précis ainsi qu’à un sous-système de télécommunications à la pointe de la technologie. 

Mi-2018, à l’occasion de la revue de conception détaillée (Critical Design Review), l’ESA avait approuvé la conception détaillée du satellite de même que l’ensemble de ses sous-systèmes. Le modèle Thermo-structurel, composante majeure du satellite, a récemment achevé les essais de qualification thermique au sein de l’établissement Thales Alenia Space de Cannes. Au cours des prochaines semaines, il sera soumis aux tests de qualification mécanique.  

Parallèlement, l'intégration et les tests des modèles de vol du télescope et du module de service ont déjà commencé leur intégration respectivement dans l'usine d’Airbus à Toulouse et dans les locaux de Thales Alenia Space à Turin. Les deux modules devraient être assemblés à partir de 2021. La revue  d'acceptation finale sera la dernière étape avant que le satellite quitte les salles blanches cannoises de Thales Alenia Space, pour rejoindre la base de lancement, en prévision du tir prévu en 2022.

Donnez votre évaluation

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (5 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Vues

1204